Clarence « Tom » Ashley, barde des Appalaches

Clarence « Tom » Ashley, barde des Appalaches

Clarence « Tom » Ashley (29 septembre 1895 – 2 juin 1967) était un musicien et chanteur américain qui jouait du banjo clawhammer et de la guitare.

 

Il a commencé à se produire dans des Medecine Shows dans la région des Appalaches du Sud dès 1911 et s’est fait connaître dès la fin des années 1920 en tant qu’artiste soliste et membre de divers ensembles à cordes.

 

Après sa « redécouverte » lors de la renaissance folklorique des années 1960, Ashley passe les dernières années de sa vie à jouer de la musique folklorique, notamment au Carnegie Hall à New York et au Newport Folk Festival à Rhode Island.

 

Ashley a appris une grande partie de son répertoire auprès de son grand-père, de ses tantes et de musiciens itinérants logés dans la pension de son grand-père au début des années 1900.

 

Son style inhabituel d’accordage du banjo en mode sol, qu’il appelait « scierie » (Sol mineur – Ré – Sol – Do – Ré de la cinquième corde à la première), lui a probablement été enseigné par des membres de sa famille.

 

Influences afro-américaines sur un fonds anglais et irlandais

Il a enregistré plusieurs chansons inspirées de ballades anglaises ou irlandaises qui se sont transmises de génération en génération dans les Appalaches, dont les plus connues sont « Coo Coo Bird » (qu’il a appris de sa mère), « House Carpenter », et « Rude and Rambling Man », ainsi que les chansons populaires « Frankie Silvers », « Greenback Dollar » , « Naomi Wise », « Little Sadie », et « John Hardy ».

 

Une influence afro-américaine se fait entendre sur les interprétations d’Ashley de « Dark Holler », « Haunted Road Blues », et « Corrina, Corrina ». En 1933, Ashley a réalisé le premier enregistrement connu de « The House of the Rising Sun », qu’il prétend avoir appris de son grand-père maternel. Au cours des années 1960, Ashley et son groupe ont contribué à populariser l’hymne anglais du XVIIIe siècle, « Amazing Grace ».

 

 

L’impact d’Ashley sur le Folk Revival

Plusieurs musiciens notables citent Ashley comme une influence importante. Roy Acuff a déjà travaillé dans des Medecine Shows avec Ashley, et Ashley lui a probablement enseigné « House of the Rising Sun » (qu’Acuff a enregistré en 1938) et « Greenback Dollar ».

 

Le musicien folk Doc Watson a commencé sa carrière avec Ashley en 1960 et a joué dans son groupe pendant presque toute la décennie. Le frontman de Grateful Dead, Jerry Garcia, a dit un jour dans une interview qu’il avait appris le clawhammer en « écoutant Clarence Ashley ». Parmi les autres musiciens folk influencés par Ashley figurent Joan Baez, Judy Collins et Jean Ritchie.

 

 

%d blogueueurs aiment cette page :