SE0227 – Les Minstrels Shows (ou « soirées éthiopiennes », reconstitution)

SE0227 – Les Minstrels Shows (ou « soirées éthiopiennes », reconstitution)

L’émission de cette semaine reconstitue, à travers des pièces d’époques différentes (de 1890 à 1964), le déroulement d’un Minstrel Show typique du milieu du XIXe siècle (ou« soirée éthiopienne » en français canadien/québécois).

 

On comprendra évidemment que le soucis de La Machine, c’est de reconstituer un pan d’histoire musicale et non d’endosser cette pratique.

 

On rappellera évidemment que les Minstrel Shows et le Blackface sont des phénomènes qui ont connu une très grande popularité au Canada comme au Québec avec nos propres troupes de Minstrels, nos propres circuits, et une certaine survivance jusque dans la télé populaire de jadis.

 

Aparté révélateur, Calixa Lavallée (compositeur du « Ô Canada ») a fait ses classes comme compositeur et comédien au sein de troupes de Minstrels (en « blackface ») ayant remplis les salles autant à Montréal que Québec avec des spectateurs enthousiastes anglophones et francophones. (réf: Brian C. Thompson, Anthems and Minstrel Shows: The Life and Times of Calixa Lavallée, 1842-1891).

 

 

Une définition du Minstrel Show

Le Minstrel Show, était un divertissement américain composé de sketches comiques, de numéros de variétés, de danses et de musique, exécutés par des Blancs au visage noir ou, surtout après la guerre civile américaine, des Afro-Américains au visage maquillé en noir plus foncé.

Les spectacles de ménestrel dépeignent les noirs de façon stéréotypée et souvent désobligeante : ignorants, paresseux, bouffons, superstitieux, joyeux, et possédés par la musique.

 

Structure du « Minstrel Show »

Le « Minstrel Show » typique se divise en trois actes.

 

Le premier acte/« Minstrel Line »

Lors de celle-ci, toute la troupe dansait sur scène en chantant une chanson populaire et en exécutant une danse appelée le « walkaround ».

Sur instruction du présentateur du spectacle (L’interlocuteur), les interprètes s’assoient en demi-cercle.

Au centre s’asseoit l’hôte au visage blanc, toujours appelé « M. Interlocuteur  ».

Deux comédiens en « blackface » se trouvent à chaque extrémité du demi-cercle (les « endmen »)

Il s’agit de « Bruder Tambo » (jouant du tambourin) et « Bruder Bones » (jouant une paire d’os à côtes ou de cuillères).

Les «endmen » menaient l’ensemble dans une série de blagues, de chansons et de danses.

Ils s’expriment dans une caricature de langage familier noir, tandis que l’éloquence flamboyante de l’Interlocuteur se moque des classes supérieures blanches. (Des variations de vieilles blagues de ligne de ménestrel sont devenues les piliers de la comédie américaine et seront entendues au cinéma, à la radio et à la télévision, et ce jusqu’au 21e siècle).

Un ménestrel, généralement un ténor, interprète une variété de chansons humoristiques. Ce chanteur est souvent la vedette du spectacle.

 

Deuxième acte — l’Olio

Après une première intermission, l’Olio débute.

Des chants divers et des numéros de variétés sont joués devant une toile de fond peinte. Les interprètes exécutent pirouettes, pitreries, tours de chant, etc.

Son but réel est de permettre la préparation de la scène pour l’acte trois derrière le rideau.

Cette partie de la soirée a été baptisée de divers noms, une troupe l’ayant qualifiée de « divertissement terpsichoréen ».

Ces actes étaient parfois exécutés sans maquillage noir du visage, en partie pour prouver que les artistes étaient blancs.

Le dernier sketch de l’olio était souvent un « discours de souche » prononcé par l’un des « endmen ».

Ces oraisons satiriques se moquaient des enjeux contemporains et des personnalités politiques, annonçant les comédies de stand-up du siècle prochain. (Le format général de l’olio finira par évoluer vers le vaudeville)

Le faux discours improvisé est assaisonné de non-sens, de malapropismes, de jeux de mots non intentionnels — le tout visant évidemment à présenter l’orateur noir comme un clown visant une classe sociale pour laquelle il ne possédait ni la capacité de compréhension ni l’éducation.

 

Le troisième acte (« Afterpiece ») 

Cette comédie musicale offre un sujet populaire, un roman ou une pièce de théâtre.

Deux personnages noirs d’origine sont presque toujours représentés – « Jim Crow », un paysan ignorant qui ne sert qu’à être l’humili, et « Zip Coon », le noir citadin et orgueilleux dont la surévaluation de ses talents le mènent inoxérablement à une chute comique.

Certains programmes optent pour un sketch se déroulant dans une plantation du Sud qui comprendabituellement des numéros de chansons et de danses et mettait en vedette des personnages de type Sambo et Mammy dans des situations burlesques.

L’accent est mis sur une vie de plantation idéalisée et sur le bonheur simple des esclaves qui y vivaient.

Néanmoins, des points de vue antiesclavagistes apparaissent dans la seconde moitié du 19e siècle sous la forme de membres de familles séparés par l’esclavage, des fugues ou même des soulèvements d’esclaves.

Quelques histoires ont mis en lumière des figures de bouffons noirs qui réussissent à prendre le dessus sur leurs maîtres.

À partir du milieu des années 1850, les interprètes font des interprétations burlesques d’autres pièces de théâtre. Shakespeare et les dramaturges contemporains sont des cibles communes. L’humour de ces derniers est venu des caractères noirs ineptes essayant d’exécuter un certain élément de la culture blanche bourgeoise.

L’utilisation de l’humour de badauds, y compris les tartes à la crème au visage, les vessies gonflées et les feux d’artifice sur scène, s’est progressivement infiltrée.

Les matériaux provenant de la cabane de l’oncle Tom ont dominé à partir de 1853.

Les auditoires blancs et noirs ont résisté aux tentatives de changer le ton raciste des chansons et des sketches jusqu’à ce que la ménestrelsie disparaisse. (Ces parodies musicales d’un seul acte deviendront les « burlesques » burlesques de Broadway de la fin des années 1800.)

 

Et notre liste de pièces jouées  ?

 

Dan Emmet – Dixie (2:07)

Frank Simms And His Minstrels – Orchestral Parade Medley: King Cotton / Washington Post (1:25)

Billy Golden – An Evening with the Minstrels (aka I’m a Nigger That’s Living High) (2:11)

Arthur Collins – ‘Bake Dat Chicken Pie’ (2:44)

Arthur Collins – Dixie Dan (1908) (2:12)

Ada Jones – If the Man in the Moon were a Coon – (2:31)

Ada Jones – You’se just a Little N***, Still Youse Mine, All Mine (4:22)

Matthew Heumann – De Boatmen’s Dance (3:35)

Peter DiSante – Old Joe (3:26)

Frank Simms And His Minstrels – Instrumental Soft-Shoe Dance: Teason’ / On The Banks Of The Wabash (3:23)

Frank Simms And His Minstrels – Vocal Quartet Medley: In The Evening By The Moonlight & Old Folks At Home (3:03)

Matthew Heumann – Instrumental Medley (3:39)

Peter DiSante – The Fine Old Color’d Gentleman (3:10)

Billy Golden and Joe Hughes – Darktown eccentricities (4:18)

Al Jolson – Pullman Porters Parade (3:04)

Walter Van Brunt – Hear the Pickaninny Band (3:53)

Will Oakland – Ma Pickaninny Babe (3:34)

2nd South Carolina String Band – Camptown Races (3:54)

Dave Olney – Nelly Was a Lady (3:45)

Jennifer Warnes – Hard Times (Come Again No More) by Stephen Foster (3:34)

John Prine – My Old Kentucky Home, Goodnight (3:46)

Mick Moloney – McNally’s Row of Flats (3:52)

Olive Kline, Elsie Baker & Margaret Dunlap – Go to Sleep, My Dusky Baby (Coon Song to the tune of Humoresque) (1916) (3:11)

Al Bernard – Nigger blues (3:31)

Crescent Trio – Pickaninny blues (3:54)

Frank Simms And His Minstrels – Banjo Medley: Camptown Races / Ring, Ring The Banjo / Little Brown Jug (4:11)

Frank Simms And His Minstrels – Orchestral Medley: Little Lisa Jane / Polly Wolly Doodle / Belle Of Baltimore (3:36)

Frank Simms And His Minstrels – Whistling Solo: Beautiful Dreamer (3:18)

Frank Simms And His Minstrels – Vocal Bass Solo Medley: Old Black Joe / Shortnin’ Bread (4:15)

Frank Simms And His Minstrels – Vocal Medley Closing: Hello My Baby / Oh Dem Golden Slippers / My Old Kentucky Home / Goodnight Ladies (4:29)

Frank Simms And His Minstrels – Vocal Tenor Solo: I Love You Truly / Because (5:10)

%d blogueueurs aiment cette page :