Woody Guthrie, créateur de la chanson folk moderne

Woody Guthrie, créateur de la chanson folk moderne

Woody Guthrie est le premier héros populaire du folk.

 

C’est Guthrie qui, dans les années trente et quarante, a transformé la ballade folklorique en un véhicule de protestation sociale et d’observation.

 

Ce faisant, il a ouvert la voie à Bob Dylan, Bruce Springsteen et une foule d’autres auteurs-compositeurs folk et rock qui ont ainsi été poussés à partager leurs expériences et exprimer leurs opinions d’une manière franche.

 

Guthrie a écrit des centaines de chansons, dont des classiques vénérés comme « This Land Is Your Land », « So Long, It’s Been Been Good to Know You », « Grand Coulee Dam », « I Ain’t Got No Home » et « Dust Bowl Refugees ». La vie colorée qu’il a mené est devenue aussi légendaire que les chansons qu’il écrit.

 

Rongé par l’envie de voyager, Guthrie a pris la route pendant la Dépression, faisant de l’auto-stop et du train à travers le Midwest et le Far West. C’est de ces expériences qu’il tire ses chansons et son engagement de toute une vie en faveur d’une politique de gauche.

 

Woodrow Wilson Guthrie est né le 14 juillet 1912 à Okemah, Oklahoma. Son père était un courtier immobilier qui a connu des temps difficiles et sa mère souffrait de la chorée de Huntington, une maladie génétique nerveuse qui a entraîné sa mort dans un hôpital psychiatrique public. Cela explique peut-être pourquoi Guthrie s’est forgé une carapace de solitaire excentrique, toujours en déplacement, alimenté par une passion créative impétueuse et une curiosité sans bornes pour le monde.

 

Lors de son adolescence, Guthrie a appris à jouer de la guitare, de la mandoline, du violon et de l’harmonica. Il lisait et écrivait avec voracité, dessinait et peignait. Il ne se souciait jamais beaucoup de l’argent, et il faisait presque n’importe quoi, de la peinture d’enseignes au chant de rue, pour éviter l’ennui d’un travail régulier.

 

Il a passé les vingt premières années de sa vie à traîner autour d’Okemah et, plus tard, à Pampa, Texas, où sa famille a déménagé. Il a fait sa première musique semi-professionnelle avec le Corncob Trio, jouant des chansons country de la famille Carter et Jimmie Rogers.

 

Pendant la Grande Dépression, Guthrie a pris la route, faisant de l’auto-stop et du train à travers l’Ouest et le Midwest, chantant de vieilles chansons aux migrants et aux clochards. Il a dormi par terre, a eu faim et a été roué de coups par les flics. Ces expériences ont alimenté ses chansons et ses histoires (ainsi qu’une autobiographie, Bound for Glory).

 

À la fin de la décennie, ses convictions populistes l’ont amené à embrasser le communisme, bien qu’on lui ait refusé l’adhésion au Parti communiste parce qu’il refusait de renoncer à la religion.

 

En 1933, Guthrie a épousé Mary Jennings à Pampa. Ils ont eu trois enfants, mais ses voyages constants les ont obligés à divorcer. En 1934, il publie son premier livre de chansons originales. Deux ans plus tard, il quitte définitivement Pampa et se rend à Los Angeles, où il anime une émission de radio sur KFVD pour un dollar par jour.

 

Puis, en 1940, il se rend à New York, où il rencontre les Weavers et Pete Seeger. Il en profite pour conquérir la gauche new-yorkaise. Guthrie se produit à la radio, écrit une chronique pour le journal communiste The People’s Daily Worker, participe à des grèves et des rassemblements et enregistre de nombreux enregistrements pour le label Folkways. Pendant tout ce temps, le chanteur autodidacte étudie la politique, l’économie, la science et la religion.

 

Bien que ses penchants gauchistes le rendent suspect yeux du gouvernement américain, ses chansons anti-hitlériennes lui permettent d’éviter l’antipathie du pouvoir. Ce même si sa guitare arbore le slogan « Cette machine tue les fascistes. »

 

De 1943 à 1945, Guthrie sert dans la marine marchande américaine au Royaume-Uni, en Italie et en Afrique. En 1945, il se remarie, cette fois avec Marjorie Greenblatt Mazia. Ils ont eu quatre enfants, dont Arlo, qui se lancera dans sa propre carrière de musicien.

 

C’est à ce moment que Guthrie commence à souffrir de crises de dépression. En 1952, il a été diagnostiqué alcoolique et placé dans un établissement psychiatrique. On lui diagnostiquera plus tard la chorée de Huntington, la même maladie dégénérative du système nerveux qui avait tué sa mère. La maladie l’a maintenu inactif et hospitalisé pendant la majeure partie de la dernière décennie de sa vie.

 

Les années qui ont précédé sa mort, le 3 octobre 1967, ont été marquées par des séparations douloureuses de sa famille, des tentatives désespérées d’écrire et des visites au chevet de jeunes admirateurs comme Bob Dylan. Néanmoins, sa notoriété ne cesse de croître, au fur et à mesure que de plus en plus d’auteurs-compositeurs et de musiciens se familiarisent avec son travail. Au moment de sa mort, son œuvre comptait environ 1 000 chansons.

 

En 1964, Pete Seeger écrivait : « Je pense que parmi les milliers de chansons et de vers de Woody, un assez grand nombre vont survivre à ce siècle, et c’est une chose rare pour un auteur-compositeur… Je pense que peut-être plusieurs dizaines de chansons de Woody vont être chantées par mes petits-enfants et leurs petits-enfants. Quel meilleur genre d’immortalité un homme pourrait-il avoir ? »

 

En effet, les chansons de Woody Guthrie ont continué à vivre, et sa musique continue à inspirer des artistes et des écrivains, y compris des gens comme John Mellencamp, Billy Bragg et Jeff Tweedy. De nombreux hommages ont également été rendus à Guthrie au cours des dernières décennies. Seeger a organisé une série de concerts commémoratifs à la fin des années 60. En 1996, le Rock and Roll Hall of Fame and Museum a rendu hommage à Guthrie en lui remettant le prix American Music Masters.

 

Il y a également eu de nombreuses rééditions de son œuvre, la plus récente étant celle de la Smithsonian Folkways, dont l’action se situe à 100 : The Woody Guthrie Centennial Collection.

 

Woody Guthrie a été intronisé au Temple de la renommée du Rock & Roll en 1988 et a reçu un Grammy Lifetime Achievement Award en 2000.

 

Trois pièces incontournables (parmi les dizaines!) de Woody Guthrie

 

 

 

 

 

 

%d blogueueurs aiment cette page :