Frank Loesser : Compositeur étoile du Tin Pan, d’Hollywood, et de Broadway

Frank Loesser : Compositeur étoile du Tin Pan, d’Hollywood, et de Broadway

FRANK LOESSER (1910 – 1969) est considéré comme le compositeur le plus polyvalent de Broadway.

 

Chacune de ses cinq comédies musicales de Broadway : « Where’s Charley », « Guys And Dolls », « The Most Happy Fella », « Greenwillow » et « How To Succeed In Business Without Really Trying », est doté d’un son et d’un style unique.

 

Loesser : compositeur accompli bien avant Broadway

Bien avant le succès de Broadway, Loesser était connu pour les douzaines de succès de chanson conçus à Hollywood.

 

Il avait fourni des paroles à la musique de grands noms comme Jule Styne, Burton Lane, Hoagy Carmichael et Arthur Schwartz, écrivant des chansons comme « I Don’t Want to Walk Without You », « Two Sleepy People », « Heart and Soul, » They’re Either Too Young or Too Old », et enfin comme compositeur/lyricien, « Spring Will Be a Little Late Late this Year », « On a Slow Boat to China », et sa pièce couronnée d’un Oscar en 1948, « Baby, It’s Cold Outside. »

 

Les premières années de Frank Loesser

 

Né le 29 juin 1910 à New York, Loesser n’a jamais étudié la musique.

 

Son père était un éminent professeur de piano classique et son frère aîné, Arthur, pianiste de concert renommé, musicologue et critique musical, mais Frank refusa d’étudier les classiques, privilégiant la musique populaire, que son père méprisait.

 

Frank a lui-même appris l’harmonica et le piano au début de l’adolescence. Il a abandonné l’université pendant la Dépression, subvenant à ses besoins grâce à toute une gamme d’emplois, dont la vente d’annonces dans les journaux et le travail comme serveur de processus et rédacteur en chef d’un journal éphémère à New Rochelle.

 

L’appel d’Hollywood

Dans les années 1930, il s’associe à Irving Actman et contribue cinq chansons à The Illustrator’s Show, qui ne se produira que cinq fois en 1936. Mais cela lui suffit pour décrocher un contrat hollywoodien avec Universal, puis Paramount, où il écrit sa première chanson à succès, « The Moon of Manakoora », avec Alfred Newman, pour le film The Hurricane en 1937. Il a écrit les paroles de plus de soixante films, dont « Destry Rides Again », « College Swing » et « Thank Your Lucky Stars ».

 

En 1940, Frank fait ses débuts officiels de compositeur avec la musique (et les paroles) de la chanson titre du film Paramount, « Seventeen ».

 

Loesser sous les drapeaux

La Seconde Guerre mondiale intervient et le soldat de première classe Frank Loesser est affecté aux Services spéciaux, où il fournit les paroles des spectacles des camps militaires. Se retrouvant sans collaborateur, Frank a repris sa carrière de compositeur avec le hit de guerre « Praise the Lord and Pass the Ammunition ».

 

Le retour triomphant de Frank Loesser à Broadway

En 1948, les producteurs Cy Feuer et Ernest Martin l’attirent dans l’Est pour créer une partition pour leur version musicale de la Tante de Charley. Where’s Charley? est devenu la première émission à succès de Frank, et avec une musique qui comprenait « Once in Love with Amy » et « Make a Miracle », il a prouvé que Frank était plus qu’un simple auteur de chansons pop d’Hollywood.

 

Loesser enchaîne avec l’un des chefs-d’œuvre du théâtre musical, « Guys and Dolls », dont les critiques ont fait l’éloge en 1950 et qui a remporté le Tony Award du meilleur spectacle musical. Son score était riche en hits, dont « A Bushel and a Peck », « Luck Be a Lady » et « Sit Down, You’re Rocking the Boat ».

 

Loesser à mi-carrière : hauts et bas

Frank met ensuite quatre ans à écrire non seulement la partition, mais aussi le livre pour son prochain spectacle, qu’il qualifiera de « comédie musicale étendue ». « The Most Happy Fella », avec les chansons à succès « Standing on the Corner » et « Big D », dénote en 1956 et durera deux ans. Ce sera le premier spectacle enregistré dans son intégralité, sorti en 3 disques chez Columbia Records.

 

Réticent à se répéter, il opte pour une simple fable de campagne, « Greenwillow », comme prochain projet à Broadway. Malgré sept nominations à Tony, et une partition qui comprenait « Never Will I Marry », il ne fera que 95 représentations en 1960.

 

 

 

 

En 1961, Frank rebondit avec«  How To Succeed In Business Without Really Trying », qui remporte le prix Pulitzer et sept Tony Awards, dont le prix du meilleur spectacle musical. La pièce domine Broadway pendant quatre ans, avec « I Believe in You » et « Brotherhood of Man » comme hits de la partition.

 

En parallèle à son travail scénique, Frank retourne à Hollywood et crée l’une de ses partitions préférées pour le film Hans Christian Andersen (1952), avec des chansons comme « Wonderful Copenhagen », « The Inch Worm » et « Thumbelina », qui est en nomination pour un Academy Award. En 1974, Tommy Steele a joué dans une version longue durée au Palladium de Londres.

 

Loesser : compositeur acharné, homme d’affaires et mentor

Loesser travaillait à un rythme incroyable, dormant rarement plus de quatre heures d’affilée. À la fin des années 1940, il fonde une maison d’édition musicale, Frank Music Corp. qui se concentre sur le développement de nouveaux compositeurs et paroliers, faisant progresser la carrière de Richard Adler, Jerry Ross et Meredith Willson, entre autres.

 

Aujourd’hui, Frank Music Corp. fait partie de la société d’édition musicale de Paul McCartney, MPL Communications. Les spectacles Loesser sont sous licence de Music Theater International, que Loesser a développé en tant que filiale de Frank Music Corp.

 

Notes sur la vie personnelle de Loesser

Frank a été marié deux fois, d’abord à l’actrice Lynn Loesser, avec qui il a eu deux enfants, Susan et John, puis à Jo Sullivan, la vedette de The Most Happy Fella, qui lui a donné deux filles, Hannah et Emily. Loesser est décédé d’un cancer du poumon le 26 juillet 1969, à l’âge de 59 ans, dans sa ville natale de New York.

 

L’impact de l’œuvre de Frank Loesser

L’héritage de Loesser est toujours vivant.

 

On compte plusieurs reprises de « The Most Happy Fella », tant à Broadway qu’au New York City Opera (ajoutées à leur répertoire permanent) ; « Guys and Dolls » a remporté le Tony Award for Best Revival en 1992 et a couru trois ans, et a été repris à Broadway de nouveau en 2008.

 

En 1995, la reprise de « How To Succeed in Business Without Really Trying », avec Matthew Broderick, est devenue un autre succès de longue date. Et le succès fut encore une fois au rendez-vous lorsque Daniel Radcliffe a joué dans une production en 2011.

 

Au cours des dernières années, DRG a publié « An Evening with Frank Loesser », une collection d’enregistrements de démos inédits que Frank a réalisés pour Guys and Dolls, The Most Happy Fella et How To Succeed… Koch Recordings a suivi avec « Frank Sings Loesser », une collection de raretés Loesser supplémentaires.

 

Jay Records a produit des enregistrements des partitions complètes de Guys and Dolls, avec la fille de Frank, Emily, dans le rôle de Sarah, et The Most Happy Fella, avec Louis Quilico et Emily Loesser.

 

Enfin, en 1999, Frank Loesser a été honoré par le U.S. Postal Service avec un timbre-poste à son effigie. Une biographie importante écrite par la fille de Frank, Susan Loesser, « A Most Remarkable Fella », est disponible chez Hal Leonard Corporation. En 2008, Yale University Press a publié une analyse approfondie de l’œuvre de Loesser par Thomas L. Riis dans le cadre de sa série Yale Broadway Masters.

%d blogueueurs aiment cette page :