Bill Evans, le jazz au service de la mélancholie

Bill Evans, le jazz au service de la mélancholie

EVANS, WILLIAM JOHN « BILL » (1929-1980).

 

La carrière d’Evans s’avérera être l’une des plus influentes de tous les musiciens de jazz.

 

Evans est né dans le New Jersey et a étudié le piano pendant ses années d’université. Après avoir servi dans l’armée, Evans s’installe à New York pour poursuivre ses études tout en se produisant sur scène.

 

 

Entre 1956 et 1960, Evans a rencontré, joué et enregistré avec Charles Mingus, Miles Davis et Paul Motian. Considéré comme l’un des points forts du premier grand quintette de Miles Davis, le jeu d’Evans est repris sur plusieurs enregistrements du groupe. Après qu’Evans ait quitté le groupe de Davis, il entame une carrière solo, marquée par son premier trio avec le batteur Paul Motian et le prodigieux bassiste Scott LaFaro.

 

Evans jouera principalement en trio jusqu’à la fin de sa carrière. En se concentrant sur le développement d’une riche harmonie tout en explorant de nouvelles façons de jouer des airs,

 

Evans a eu une grande influence sur la génération suivante de pianistes, dont Herbie Hancock et Keith Jarrett. La sensibilité d’Evans continue à avoir une grande influence sur les pianistes actuels Brad Mehldau et Fred Hersch.

 

 

Entre les années 1960 et 1980, les trios d’Evans étaient composés d’un personnel fluctuant. Parmi les bassistes qui ont joué dans les groupes d’Evans figurent Eddie Gomez, Gary Peacock, Chuck Israels et Marc Johnson.

 

La carrière d’Evans a été marquée par plusieurs périodes difficiles, dont le suicide de son frère aîné Harry en 1979.

 

Le jeu d’Evans est souvent décrit comme mélancolique, malgré le niveau avancé d’harmonie construit dans une grande partie de son jeu.

 

 

%d blogueueurs aiment cette page :