Le Kabarett de la République de Weimar : un terreau unique de chanson, de jazz et d’expérimentation néo-classique

Le Kabarett de la République de Weimar : un terreau unique de chanson, de jazz et d’expérimentation néo-classique

L’Allemagne de l’entre-deux guerre a de quoi fasciner.

Outre sa vie culturelle et scientifique des plus vibrantes, le Berlin d’entre 1918 et 1932 a donné naissance à une forme unique de musique qui se caractérise par son nihilisme, son impertinence et son goût poussée pour l’érotisme décadent.

Le tout livré, bien sûr, avec désinvolture et théâtralité.

Pas étonnant donc que le style ait plus aux Bowie, postpunkeux et goths de ce monde.

Bienvenue, willkomm en, welcome au Kabarett.

 

Le cabaret : une forme de divertissement à la française transplantée en Allemagne

 

Le Kabarett est un type de revue satirique spécifique à l’Allemagne du début du XXe siècle inspirée par une forme de spectacle développée en France par Rodolphe Salis en 1881 sous l’appellation de « cabaret artistique », un hybride entre art populaire et élitisme visant la subversion par la satire.

 

(Une émission de la Machine a déjà été entièrement consacrée au Kabarett. Le playlist vous fournira des exemples de pièces-types).

« Le Chat noir » est le prototype initial de ce type de divertissement en France. Son contenu était centré sur les événements politiques et la satire.

 

Ce modèle de cabaret a servi d’inspiration à la création des salles Kabarett en Allemagne à partir de 1901 avec la création de la salle Überbrettl à Berlin et en Autriche avec la création du Jung-Wiener Theater zum lieben Augustin dans le Theater an der Wien.

 

À l’époque de Weimar, au milieu des années 1920, La Kabarett se caractérisait par son intimité ainsi que par la présence de satire politique et d’un humour macabre typiquement allemand mis en musique et en théâtre.

 

Une situation politique explosive, une économie en lambeaux qui met le feu à la culture

 

La fin de la Première Guerre mondiale en 1918 a radicalement bouleversé une Allemagne vaincue et désillusionnée.

 

Alors que les Américains donnaient un nouvel élan aux combats sur le front occidental, une révolte majoritairement communiste contre le Kaiser, et la guerre elle-même, s’étend à toute l’Allemagne en octobre de la même année. L’ensemble de la population faisait intimement connaissance avec la faim, la mort et la violence à une grande échelle.

 

Vers la fin du conflit, les chefs militaires allemands de haut rang ne faisaient plus confiance à la monarchie. Conséquence, début novembre, le Kaiser devait abdiquer et un parti socialiste de premier plan déclarait — tout de go — une république, portant le nom la République de Weimar

 

Avec l’armistice du 11 novembre signée peu après, le premier conflit mondial prenait fin, mais la guerre interne de l’Allemagne ne faisait que débuter.

 

Entre novembre 1918 et l’été 1919, des groupes concurrents de communistes, d’ultranationalistes et d’anciens soldats (Freikorps) se sont affrontés dans une série de guerres de rue urbaines sanglantes.

 

Puis, la jeune république a été contrainte d’accepter les termes du traité de Versailles où l’Allemagne était contrainte d’accepter l’entière responsabilité du déclenchement de la guerre. Par ce fait, elle devait céder en ses principaux territoires industriels et le droit à une armée permanente, en plus de de verser une énorme somme en réparations aux Alliés.

 

Le Traité était extrêmement impopulaire en Allemagne et affaiblissait le soutien à la République de Weimar. Elle a également aggravé la situation financière déjà difficile de l’Allemagne. Le soutien aux partis radicaux de droite et de gauche s’est accru à mesure que les citoyens ordinaires cherchaient une solution aux problèmes de l’Allemagne.

 

 

La république de Weimar : Berlin, Ville ouverte

 

Très tôt, la République de Weimar met  fin à la censure et adopté des politiques sociales libérales.

 

Ces nouvelles politiques, combinées à un taux de change incroyablement favorable de  l’argent étranger, ont attiré des artistes, des scientifiques et des « étrangers » comme les gais et les lesbiennes du monde entier.

 

Berlin est rapidement devenue la capitale culturelle du monde occidental.

 

Les règles traditionnelles en matière de genre et de sexualité y sont également remises en question. Des bars gais et lesbiens apparaissent. Les femmes, qui sont entrées sur le marché du travail pendant la guerre et qui ont récemment eu accès à certaines formes de contraception, ne se sentent plus définies par le mariage et la procréation et réclament l’égalité.

 

Cette libéralisation extrême allait cependant causer d’importants problèmes en raison du taux de change et de l’inflation ayant cours au pays. Elle allait transformer Berlin en bordel officiel de l’Europe de l’Ouest. Alors que dans le Paris de l’après-guerre, un voyageur pouvait engager les services d’un prostitué pour cinq ou six dollars, ces mêmes cinq dollars pouvaient acheter un mois de délices charnels à Berlin. Par exemple, une fille de 15 ans de bonne famille ne coûtait jamais plus de 30 cents, soit 65 millions de marks en 1923.

 

Décadence de Weimar : témoignage du journaliste Luigi Barzine

 

La meilleure illustration du climat moral catastrophique de la République de Weimar est rapportée dans les mémoires du journaliste Luigi Barzine, « Les Européens » :

 

« En 1931, Berlin était sûrement la capitale artistique de l’Europe, pleine de théâtres brillants, de cabarets, de spectacles d’art d’avant-garde, de films avant-gardistes, d’expériences de toutes sortes.

 

Le Kurfurstendamm, le célèbre boulevard bordé d’arbres, imitation prétentieuse de l’avenue des Champs-Élysées, était rempli de personnages imaginés par De Sade, Havelock Ellis, Sacher-Masoch, Krafft-Ebing et Sigmund Freud.

 

Il y avait des hommes habillés en femmes, des femmes habillées en hommes ou en petites écolières, des femmes en bottes avec des fouets (bottes et fouets de différentes couleurs, formes et tailles, promettant différents divertissements passifs ou actifs). J’ai vu des vétérans sans jambes sur des béquilles, des vétérans sans bras culs-de-jatte ou aveugles portant des croix de fer, et des chômeurs affamés non rasés, tous mendiant.

 

J’ai vu des proxénètes offrir n’importe quoi à n’importe qui, petits garçons, petites filles, jeunes hommes robustes, femmes libidineuses, ou (je suppose) animaux. 

 

Le jeune journaliste italien n’était nullement théoriquement opposé à la liberté sexuelle. En fait, il l’a accueillie avec soulagement et enthousiasme. Mais il a limité sa concupiscence strictement aux jeunes filles bien lavées et jolies.

 

Coucher avec des hommes barbus âgés, des bossues, des vétérans mutilés, des soldats blonds, des écoliers, à fouetter ou être fouetté, et savourer les excréments lui semblait des formes de torture diabolique et insupportable, adaptées aux âmes des pécheurs de l’enfer, et en aucun cas des délices paradisiaques.

 

Il s’est donc abandonné avec reconnaissance à ses préférences provinciales de classe moyenne. Les jeunes femelles, bien lavées et jolies, étaient disponibles en abondance. On pouvait les obtenir sur demande, parfois sans demander du tout, souvent pour le simple prix d’un dîner ou d’un bouquet de fleurs : vendeuses, secrétaires, réfugiées russes blanches, gentilles filles de bonnes familles en déliquescence. Certains d’entre eux pleuraient pathétiquement sur le lit froissé après avoir fait l’amour quand ils ont accepté l’argent ».

 

Autres humeurs pathologiques de Weimar : crimes, drogue, lustmord, meurtriers en série

 

La criminalité en général s’est développée parallèlement à la prostitution dans la ville, à l’origine sous la forme de petits vols et d’autres crimes liés à la nécessité de survivre après la guerre.

 

Berlin finit par acquérir une réputation de plaque tournante du trafic de drogue (cocaïne, héroïne, tranquillisants) et du marché noir.

 

La police avait alors identifié 62 groupes criminels organisés à Berlin, appelés Ringvereine.

 

Le public allemand était également fasciné par les rapports d’homicides, en particulier les « meurtres par désir » ou Lustmord, un thème omniprésent dans la culture populaire.

 

Cette fascination malsaine pour les images de cadavres aux organes sexuels mutilés, pour le meurtre de prostitués féminins et masculins, pour les représentations de maladies vénériennes allait être exploitée par des artistes (Grosz, Kurt Schwitters, Hans Bellmer) et des écrivains (Alfred Döblin, Robert Musil). Otto Dix résume cette obsession bourgeoise par « vomi – kitsch – bruit – merde ».

 

De manière moins savoureuse, le Lustmord allait également mettre en lumière les actions des premiers meurtriers en série de l’histoire — en particulier Friedrich Heinrich Karl « Fritz » Haarmann et Peter Kürten — et lancer une petite industrie pornographique spécialisée.

 

Pour en revenir au Kabarett…

 

Comme on le voit, Berlin sous Weimar était une ville dans le chaos.

 

Les anciennes règles ne s’appliquaient plus. De nouvelles idées sur l’art, l’argent, le genre et la sexualité sont apparues et ont pris vie sur la scène du cabaret. Les Berlinois recherchaient le cabaret comme un moyen extravagant d’affronter leur vie difficile et changeante.

 

Le Berlin des années 20 offrait plusieurs types de cabarets dont les activités variaient de la présentation artistique au pur divertissement en passant par la danse et des activités plus répréhensibles.

 

Literarisches Kabarett

 

Les « Literarisches Kabarett » étaient de petites salles de musique qui s’efforçaient de présenter des œuvres ayant une valeur littéraire.

 

« Wilde Buhne » (Scène sauvage), la plus célèbre d’entre elles, a été fondée en 1921 par la chanteuse et actrice Trude Hesterberg. Un jeune Bertolt Brecht (connu pour avoir créé Mother Courage and Her Children et The Threepenny Opera) y a interprété ses propres chansons en 1922. Il a chanté « The Ballad of the Dead Soldier », une chanson sur la Première Guerre mondiale qui décrit comment l’armée allemande, à court de soldats, déterre un soldat mort, le réveille avec du schnaps, couvre son odeur d’encens, et le renvoie à la guerre. « Wilde Buhne » a fermé en 1924, au plus fort de l’instabilité financière de l’Allemagne. L’époque du cabaret littéraire est révolue, mais l’influence des chants et du style du cabaret se retrouve dans les œuvres ultérieures de Brecht.

 

« Kabaret der Komiker »

Le KadeKo, était le plus célèbre des cabarets comiques.

 

À l’image de plusieurs autres cabarets comiques, le KadeKo présentait un divertissement populiste avec une orientation politique de gauche.

 

Une soirée typique mettait en vedette environ une heure de chansons de cabaret suivies d’une parodie ou d’une pièce en un acte, le tout animé par un conférencier humoristique (le maître de cérémonie). Au milieu des années 20, le KadeKo a produit une opérette parodiant la mégalomanie d’Hitler qui a été jouée pendant 300 représentations. Les KadeKo ont souvent engagé des vedettes internationales en tant qu’artistes, ce qui est une sage décision commerciale, puisqu’en 1928, ils avaient 950 places à remplir chaque soir.

 

Un exemple de cabarets à vocation nocturne, le Resi

 

Par contre, d’autres cabarets étaient plus des boîtes de nuit que des pubs ou des théâtres d’artistes. Le « Resi » (Residenz-Casino), une énorme salle de danse, était un élément important de la vie nocturne à Weimar.

 

En plus d’une piste de danse pouvant accueillir mille personnes, d’un carrousel intérieur, d’un geyser d’eau colorée et de plafonds miroirs, le « Resi » dispose de téléphones de table à table comme ceux de Cabaret. La « Resi » disposait également d’un système de tubes pneumatiques par lesquels les clients pouvaient envoyer des notes ou faire livrer des cadeaux (choisis parmi un long menu d’articles, dont de la cocaïne) à d’autres tables.

 

Fin des cabarets et écroulement de la République de Weimar (1933)

Alors qu’Hitler et les nazis accèdent au pouvoir au début des années trente, les cabarets sont forcés de fermer leurs portes ou se tournent vers la propagande nationaliste.

 

L’âge d’or de la République de Weimar était révolu. Il n’était plus sécuritaire d’être gai, juif ou de s’opposer au gouvernement, et encore moins de le faire en chanson.

 

Pour ses artistes, la seule issue était l’exil. Pour plusieurs d’entre eux, le suicide et les camps de concentration ont constitué le rideau final.

 

Les formes musicales populaires de la République de Weimar

 

L’Allemagne de Weimar fut sans doute le dernier grand laboratoire expérimental pour la musique dans lequel le « populaire » et le « classique » se mêlèrent vraiment.

 

Il en est résulté une culture musicale d’une ambition et d’une profondeur extraordinaires. Il est trop facile d’oublier, par exemple, que des œuvres comme Wozzeck d’Alban Berg et l’Opéra de Threepenny de Kurt Weill avaient un véritable attrait populaire tout en étant un défi musical et politique. Ces œuvres étaient plus la règle que l’exception ; il y en a beaucoup plus comme elles qui ne sont jamais entendues aujourd’hui.

 

La cause immédiate est aussi évidente que sinistre. Après la prise du pouvoir par les nazis en Allemagne, cette musique, et les musiciens qui l’ont créée et interprétée ont été systématiquement supprimés.

 

La perte culturelle qui a accompagné la catastrophe politique et humanitaire de l’ère nazie a été profonde, et de toutes les formes d’art, la musique a sans doute souffert plus que la plupart.

 

Un rapide coup d’oreille permet de dégager les formes musicales suivantes :

 

  • La chanson artistique opérant un pont entre les préoccupations classiques en matière d’atonalité et de chanson populaire (Brecht),
  • La critique sociale virulente (Mischa Spolenski, Claire Waldoff),
  • L’affirmation de l’identité sexuelle (Spolenski encore, Paul O’Montis, Marlene Dietrich),
  • La gestation d’un jazz embryonnaire (Max Henssen, Oscar Joost, Leo Frank).

 

L’héritage De Weimar

Le Kabarett d’inspiration germanique, qui a rapidement pris racine à Londres et ailleurs en Europe grâce aux artistes réfugiés, a dû attendre quelques décennies pour bien s’acclimater en Amérique du Nord. C’est que l’Oncle Sam des années 50 était bien puritain et ne penchait pas trop pour la satire intellectuelle (et encore moins pour l’érotisme).

 

On parlera donc davantage d’une héritage initial prenant le forme de la survie du théâtre yiddish en sol américain (Montréal et New York) et de l’accueil de compositeurs classique à Hollywood comme premier impact de Weimar sur les States.

 

L’insatisfaction et la remise en question du mode de vie américain d’une frange de l’intelligentsia américain au cours des années 50 a cependant permis la récupération d’une partie de la sensibilité de Weimar. La poésie des Beats, leur goût pour le dadaïsme et plusieurs autres courants intellectuels de la vieille Europe, a réintroduit une esthétique de théâtralité, de proximité avec la public, de décadence et de satire féroce chère aux artistes du Berlin d’entre les deux grandes guerres.

 

La scène Beat a également permis l’arrivée de comédiens au style incisif écrivant leurs propres monologues (Brother Theodore faisant presque figure de mentor et d’idéal pour certains d’entre eux, Lenny Bruce devenant un demi-dieux pour d’autres).

 

C’est au cours des années 70 que l’écho des Kabarett a explosé sur la musique populaire. Même si les Doors ont osé reprendre Brecht et que Lou Reed testait les limites de l’androgynéité et du bruitisme avec le Velvet (et que Nico testait dès 1970 un son néo-Cabaret repris plus tard par Faithfull), c’est la brèche Glam de Bowie qui allait injecter l’influence Weimar dans la culture populaire.

 

%d blogueueurs aiment cette page :