Buddy Guy, successeur de Muddy Waters

Buddy Guy, successeur de Muddy Waters

Connu comme le roi du blues de Chicago, Buddy Guy dirige depuis près de quarante ans le royaume musical transmis par son mentor Muddy Waters.

 

Né dans la campagne de Louisiane en 1936, il a appris à jouer sur une guitare fabriquée à la main et a fait son chemin de Baton Rouge à Chicago en 1957.

 

Il a beaucoup travaillé comme sideman et s’est mêlé à l’élite du blues de la ville : Freddy King, Muddy Waters, Otis Rush et Magic Sam.

 

Mais le chanteur/guitariste est déterminé à être un frontman à part entière et développe un style de showmanship très énergique qui ne manquera pas d’attirer l’attention.

 

 

Il a attiré l’attention du patron de Cobra Records, Eli Toscano, et a sorti trois singles fascinants en 1958, produits par Willie Dixon. « This Is the End » et « Try to Quit You Baby » révèlent l’influence de son idole B.B. King, et « You Sure Can’t Do » est un hommage sans réserve à Guitar Slim.

 

Une fois son contrat chez Cobra terminé, il est passé à Chess records et s’est fait connaître avec la sortie en 1960 de « First Time I Met the Blues » et « Broken Hearted Blues », mettant en avant le style de voix flamboyante et le blues lent torturé de la guitare qui sont devenus sa marque de fabrique.

 

La carrière discographique de Guy a été prolifique tout au long des années 1970 et il est devenu une icône du blues pour les dieux de la guitare rock tels qu’Eric Clapton, Jimi Hendrix et Stevie Ray Vaughan. Bien qu’il ait continué à se produire, principalement devant un public européen, la carrière discographique de Guy s’est arrêtée dans les années 1980 jusqu’en 1991, lorsque Silvertone a sorti son disque Damn Right, I’ve Got the Blues, qui a remporté un Grammy Award. Cet album a permis à Guy de rencontrer une toute nouvelle génération de fans et a fermement établi le légendaire bluesman comme une figure marquante dans les annales de la musique américaine.

%d blogueueurs aiment cette page :