Quelques mots de plus sur le Free Jazz : historique, stylistique

Quelques mots de plus sur le Free Jazz : historique, stylistique

Le free jazz est né d’un principe de base, que la plupart des musiciens connaissent bien : une fois les règles apprises, pourquoi ne pas les enfreindre ?

 

Comme la majorité des mouvements d’avant-garde, le free jazz était une tentative de rompre avec les traditions du jazz et de créer quelque chose d’entièrement nouveau. La Machine vous a d’ailleurs donné une très courte intro sur le Free Jazz.

 

Nous reprenons ici le propos, en l’explosant une petit peu plus.

 

Une fois les musiciens de jazz familiarisés avec cette forme d’improvisation, un nouveau son est apparu : expérimental, peu orthodoxe et rebelle.

 

Le Free Jazz : La Maîtrise avant la liberté

 

Le mouvement du free jazz s’est développé dans les années 1960 comme un rejet des structures musicales conventionnelles comme la mélodie, l’harmonie et les progressions d’accords.

 

En raison de la prédominance de l’expérimentation, le free jazz défie toute caractérisation. Le plus souvent, le free jazz est joué principalement par des individus ou des petits groupes, qui pratiquent l’improvisation collective.

 

Les musiciens de free jazz se permettent un retour à l’état « primitif », c’est-à-dire de revenir à une forme de jazz plus sauvage et plus libre qui rend hommage aux racines religieuses du jazz.

 

Le free jazz s’inspire également d’autres types de musique, de la musique classique contemporaine aux musiques du monde.

 

Les musiciens de free jazz expérimentent souvent des instruments inhabituels provenant d’autres cultures ou, parfois, inventent simplement les leurs.

 

Une courte histoire du Free Jazz de Coleman au Art Ensemble of Chicago

 

Les racines du free jazz remontent au club de jazz Five Spot de New York, dans le Bowery.

 

Comme le raconte l’histoire, un saxophoniste alto nommée Ornette Coleman est entrée un jour dans un club en 1959 et a commencé à jouer du free jazz sur son saxophone en plastique.

 

Interrogé sur le style, Coleman hausse les épaules et dit qu’il pratique le « free jazz ». Il sortira un album du même nom, « Free Jazz » (1960), qui donnera le nom du mouvement.

 

Comme la plupart des mouvements d’avant-garde, le free jazz est resté dans les coulisses à ses début.

 

Les grands influents étaient divisés sur les mérites du nouveau genre : Miles Davis et l’influent trompettiste de jazz Roy Eldridge gardaient leurs distances, tandis que le compositeur classique Leonard Bernstein considérait Coleman comme un génie.

 

Mais, une fois l’esprit rebelle des années 60 installé, les opinions changent.

 

Les saxophonistes John Coltrane et Eric Dolphy sont parmi les premiers à suivre Coleman ; ils sont bientôt rejoints par le pianiste Cecil Taylor et Albert Ayler, dont le style de free jazz s’inspire du gospel.

 

Très vite, les individus ont cédé la place aux groupes de free jazz, qui ont contribué à légitimer le genre.

 

Le pianiste et compositeur Sun Ra dirige son propre big band de free jazz dans son style anticonformiste, tandis que des groupes comme l’Art Ensemble de Chicago rencontrent plus de succès en Europe, où le free jazz est largement accepté, en grande partie grâce à des musiciens allemands et britanniques comme le saxophoniste Evan Parker.

 

 

Free Jazz, éléments du style : variété, diatonisme, émotion, rythmes déplacés, et solo

 

Contrairement à d’autres formes de jazz qui sont structurées autour d’un cadre, comme le blues à 12 mesures, la clé du free jazz est l’improvisation.

 

Cela dit, certaines caractéristiques en sont venues à définir le style au fil des décennies.

 

L’utilisation de différents instruments.

Les instruments les plus courants dans le jazz sont le piano, le saxophone, la basse et la batterie. Les musiciens de free jazz ont commencé à expérimenter avec des instruments comme les violons, les clarinettes, la flûte et d’autres instruments de percussion. Les instruments les plus inhabituels utilisés dans le free jazz sont la harpe, le ukulélé et même la cornemuse.

 

Cycles d’accords diatoniques.

Parfois, les musiciens de free jazz utilisent des cycles d’accords diatoniques qui sont dérivés des notes d’une tonalité. Il est donc possible de distinguer une certaine influence des débuts du jazz dans le free jazz, mais les meilleurs musiciens de free jazz sont habiles à suspendre ces motifs ou à inverser leur séquence pour produire quelque chose de vraiment nouveau.

 

De l’émotion avant tout.

Comme les autres formes de jazz, le free jazz est plus une expression d’émotion qu’une structure harmonique complexe. Pour Herbie Hancock, musicien de jazz, pianiste et compositeur, lauréat d’un Oscar et d’un Grammy, il s’agit de l’acte simple mais souvent difficile de communiquer son expérience humaine aux autres.

 

Rythmes déplacés.

Improviser sur des phrases déplacées peut être délicat, mais cela peut aussi débloquer une inspiration surprenante. Déplacer des rythmes signifie se déplacer autour de phrases musicales pour atterrir avant ou après là où l’oreille est habituée à les entendre. Cela donne au morceau un son inattendu et le rend passionnant à écouter et à jouer.

 

Jouer en solo.

Pour de nombreux musiciens de free jazz, jouer seul permet un niveau de liberté qu’il est impossible d’atteindre en jouant avec un groupe. Les solistes n’ont pas besoin de s’en tenir à un certain tempo ou à une certaine tonalité ; ils peuvent jouer la forme d’une chanson à volonté, répéter des parties qui ne sont pas censées être répétées ou laisser des parties entières de côté.

 

 

Cinq freejazzman incontournables ; Coleman, Coltrane, Taylor, Delphy, Ayler

 

Ornette Coleman : Créateur de l’harmolodisme

Ornette Coleman. Coleman a commencé à jouer du saxophone alto et ténor à Los Angeles dans les années 50 et a rapidement joué dans des groupes de danse et de rhythm and blues.

Le jour, il étudie l’harmonie tout en travaillant comme opérateur d’ascenseur ; le soir, il fréquente les clubs de jazz underground, jouant de son saxophone alto en plastique bon marché. On lui attribue le développement de la théorie dite « harmolodique » de l’improvisation : abandon des motifs harmoniques et des changements d’accords au profit d’un style d’improvisation qui s’attaque plus directement à la mélodie d’une chanson.

 

 

John Coltrane : Saint et martyr du Free Jazz

John Coltrane. Coltrane a été formé à la clarinette et au saxophone alto.

Au début de sa carrière, il était connu pour ses solos improvisés influencés par la musique africaine et indienne.

 

Entre 1965 et sa mort en 1967, Coltrane a fait la transition vers un free jazz à part entière, pratiquant une improvisation plus libre basée sur des gammes préarrangées. Bien que son incursion dans le free jazz ait divisé les critiques, beaucoup considèrent cette période comme l’une des plus importantes de sa carrière.

 

 

 

Cecil Taylor : Liberté pianistique

Cecil Taylor. L’un des principaux pianistes de free jazz, Taylor a été influencé par ses collègues pianistes de jazz comme Duke Ellington, Thelonious Monk et Horace Silver.

 

Joueur aventureux, Taylor dirigeait ses propres groupes de jazz en Amérique au milieu des années 50, mais il était souvent ostracisé pour son style libre. Comme beaucoup de musiciens de free jazz, Taylor a trouvé un accueil plus chaleureux en Europe, où il a collaboré avec des musiciens d’improvisation aux vues similaires comme Evan Parker et Han Bennink.

 

 

 

Eric Dolphy : Le pionnier du Free

Eric Dolphy. Influence majeure du free jazz, Dolphy a souvent improvisé sur des instruments à vent.

Il a commencé à jouer de la clarinette, du hautbois et du saxophone alto à Los Angeles avant de rejoindre le big band de Roy Porter dans les années 1940. Après s’être installé à New York dans les années 60, Dolphy a collaboré avec des musiciens comme Charles Mingus et John Coltrane.

Il a été salué pour avoir introduit la flûte et la clarinette basse dans l’improvisation du free jazz, permettant ainsi à d’autres artistes de trouver de nouveaux moyens d’expression musicale.

 

 

 

Albert Ayler : Métaphysicien du Free

 

Albert Ayler. Le saxophoniste ténor a commencé à jouer avec son père à l’église avant de faire des tournées avec des groupes de rhythm and blues lorsqu’il était adolescent.

 

Après avoir joué du saxophone ténor dans des groupes de l’armée américaine, il a commencé à se diversifier lentement, s’éloignant des pratiques harmoniques standard et expérimentant de plus en plus le free jazz.

 

 

%d blogueueurs aiment cette page :