Mississippi John Hurt, rencontre du folk et du blues delta

Mississippi John Hurt, rencontre du folk et du blues delta

Mississippi John Hurt était un modeste fermier qui a grandi au bord du delta du Mississippi et a étonné le monde de la musique avec son style unique de guitare à trois doigts et sa voix chaude et élégante.

 

Le style et le répertoire de Hurt préfigurent le blues, allant des racines de la musique noire rurale aux ballades, au ragtime et aux chants religieux.

 

Ses enregistrements les plus connus incluent des versions des ballades « Frankie and Johnny » et « John Henry », ainsi que le texte obsédant « Candy Man » et des pièces autobiographiques comme « Avalon Blues ».

 

Les historiens pensent maintenant que Mississippi John est né le 8 mars 1892 à Teoc, Mississippi, mais a grandi à Avalon. Hurt a passé son apprentissage à jouer lors de danses locales et, en 1923, il a commencé à collaborer avec le légendaire violoniste blanc Willie Narmour, qui a obtenu pour Hurt un contrat d’enregistrement avec la société OKeh.

 

En 1928, Mississippi John Hurt enregistre trois sessions pour eux, et bien que la compagnie ait d’abord inscrit ses six 78 tours dans son catalogue « old-time », elle les a finalement sortis sous forme de blues.

 

Hurt n’est cependant pas rappelé en studio, et ce seront ses derniers enregistrements pendant 35 ans.

 

En 1963, deux amateurs de musique folk qui avaient entendu deux des disques de Hurt dans la célèbre anthologie Harry Smith se rendirent à Avalon et le persuadèrent de recommencer à jouer.

 

Une série étourdissante d’apparitions dans des festivals et d’enregistrements s’ensuit, dont un set légendaire au Newport Folk Festival et une apparition dans l’émission télévisée « Rainbow Quest » de Pete Seeger.

 

Hurt a ravi les jeunes fans, respectant son célèbre dicton : « Don’t die ’til you’re dead ».

 

Le 2 novembre 1966, après avoir profité de quatre années de sa deuxième carrière, Mississippi John meurt dans son sommeil chez lui à la Grenade ; il est enterré près d’Avalon.

%d blogueueurs aiment cette page :