SE0308 – Retour en ondes avec Pete Seeger et John Prine

SE0308 – Retour en ondes avec Pete Seeger et John Prine

Suite à cette longue absence covidienne, qui avouons-le pesait un tantinet, la Machine revient avec une émission « en canne » réalisée directement de sa salle familiale avec une émission consacrée à deux compositeurs majeurs du folk, Pete Seeger et John Prine.

 

Quelques notes sur Pete Seeger

 

La carrière de M. Seeger l’a mené des performances lors de rassemblements syndicaux au Top 10, des auditoriums d’université aux festivals folkloriques, et d’une condamnation pour outrage au Congrès (après avoir défié la Commission des activités anti-américaines de la Chambre des représentants dans les années 1950) à un concert inaugural pour Barack Obama sur les marches du Lincoln Memorial.

Avec son ténor typique, M. Seeger, un homme qui jouait le plus souvent de la guitare à 12 cordes ou du banjo à cinq cordes, chantait des chansons d’actualité et des chansons pour enfants, des airs humoristiques et des hymnes sérieux, en encourageant toujours les auditeurs à se joindre à lui.

Son programme était parallèle aux préoccupations de la gauche américaine : Il a chanté pour le mouvement ouvrier dans les années 1940 et 1950, pour les marches pour les droits civiques et les rassemblements contre la guerre du Vietnam dans les années 1960, et pour les causes environnementales et anti-guerre dans les années 1970 et au-delà. « We Shall Overcome », que M. Seeger a adapté de vieux spirituals, est devenu un hymne aux droits civils.

 

John Prine, le Mark Twain du folk-country

 

Il serait facile d’étiqueter John Prine (1946-2020) comme un auteur de « novelty songs» sans conséquence – ce qu’il est parfois – mais des ballades tragiques comme « Sam Stone » et « Hello In There » vont bien, bien au-delà de cette étiquette.

L’un des plus éminents et plus talentueux de la série des chanteurs/compositeurs du début des années 70, Prine était également l’un des plus relax, et ses albums avaient un côté beaucoup moins «laborieux » ou « conventionnel » que d’autres compositeurs-interprètes.

Les chansons de Prine prennent généralement un ton las du monde, pardonnant gracieusement toutes les fautes et les défauts de ses personnages.

Au fil des ans, il a assumé un rôle de Vénérable de la chanson indépendante, guidant la carrière de jeunes talents comme Nanci Griffith et Iris DeMent, et a créé sa propre maison de disques pour se mettre à l’abri de la tempête.

Et, bien sûr, il était le vrai idéal du troubadour folklorique – l’un des meilleurs interprètes sur scène, plein de bonne humeur et de grâce. Il nous manquera.

 

La Playlist

 

Face Seeger et ses reprises

 

  • Pete Seeger – If I Had A Hammer (1:54)
  • Richard Barone & Al Jardine – If I Had A Hammer (2:24)
  • Pete Seeger – Be Kind to Your Parents (0:55)
  • Pete Seeger – Goodnight Irene (3:23)
  • Billy Bragg – My Father’s Mansions (2:55)
  • Pete Seeger – Barbara Allen (4:30)
  • Bob Dylan – Who Killed Davey Moore? (3:13)
  • Pete Seeger – Wimoweh (Mbube) (1:47)
  • Bruce Cockburn – Turn! Turn! Turn! (4:44)
  • Pete Seeger – We Shall Overcome (4:40)
  • Roger Water – We Shall Overcome (5:08)
  • Donovan – My Rainbow Race (3:11)
  • Pete Seeger – Michael Row The Boat Ashore (2:15)
  • Pete Seeger – John Henry (4:11)
  • Bruce Springsteen – John Henry (5:10)
  • Jim Croce – Seek and You Shall Find (2:50)
  • Pete Seeger – This Land Is Your Land (3:01)
  • Judy Collins – Oh Had I a Golden Thread (4:02)
  • Pete Seeger – Waist Deep In The Big Muddy (2:55)
  • Johnny Cash – Streets of Laredo (3:33)
  • Pete Seeger – Which Side Are You On (2:47)
  • Ani DiFranco – Which Side Are You On? (6:27)
  • The Byrds – Pretty Polly (2:54)
  • Simon & Garfunkel – Last Night I Had the Strangest Dream (2:12)
  • Bluehorses – Barbara Allen (6:50)
  • Ani di Franco – My Name Is Lisa Kalvelage (4:52)
  • A.P.P.L.E. – Where Have All the Flowers Gone? (3:20)

Face John Prine

  • John Prine – Illegal Smile (3:13)
  • John Prine – When I Get to Heaven (3:42)
  • John Prine – Paradise Paradise (3:15)
  • John Prine – Spanish Pipedream (2:41)

 

%d blogueueurs aiment cette page :