Hubert Sumlin, renfort d’Howlin Wolf

Hubert Sumlin, renfort d’Howlin Wolf

Guitariste de blues hors pair de West Memphis, Arkansas, Hubert Sumlin a appris son métier sur un instrument à balai filé à la maison avant de mettre la main sur une guitare achetée dans un magasin.

 

Sumlin a fait un bref passage chez la future légende de la harpe James Cotton avant que Howlin’ Wolf n’ait vent de son talent à Chicago et ne lui envoie une convocation pour qu’il se rende dans le Nord en 1954.

 

Différent et réservé, Sumlin a tenu bon, jouant en renfort du féroce Wolf.

 

 

Il peaufinait assidûment ses riffs tous les soirs sur le kiosque à musique, et passa finalement de la guitare rythmique à la guitare solo, développant un style audacieux et imprévisible qui complétait parfaitement la puissante performance de Wolf.

 

Bien que Wolf se soit avéré être un personnage formidable, Sumlin est resté aux côtés de son mentor pendant deux décennies ; son style de guitare unique et tranchant est devenu une partie indispensable du son de Wolf sur des enregistrements immortels comme « Shake for Me », « Three Hundred Pounds of Joy » et « Killing Floor ». « Hidden Charms » est particulièrement remarquable pour le solo de Sumlin.

 

Il n’a fait que quelques incursions en solo avant la mort de Howlin’ Wolf en 1976, mais ces dernières années, Sumlin a laissé briller ses talents de soliste, s’élevant au micro en tant que chanteur sur des enregistrements pour Black Top et Blind Pig. Le Wolf est peut-être parti, mais la guitare de Sumlin continue de parler avec une force envoûtante.

%d blogueueurs aiment cette page :