Les scènes régionales : Surf, Hot Rod, et Grind

Les scènes régionales : Surf, Hot Rod, et Grind

Au débutr des années 60, les scènes régionales de groupes d’adolescents jouant du rock orienté R&B sont solidement établies dans des endroits comme le Texas et le Midwest.

 

À la même époque, des groupes du sud de la Californie se forment autour d’un son particulier, les uns avec la guitare (surf rock et hot rod rock) et les second avec un saxophone rauque et langoureux (le Vegas Grind).

 

Le surf instrumental se distingue par des guitares électriques imprégnées de réverbération qui évoquent le son des vagues déferlantes, largement inventé par Dick Dale et les Del-Tones.

 

Dick Dale a développé le son du surf à partir du rock instrumental, où il a ajouté des influences moyen-orientales et mexicaines, une réverbération printanière, et les caractéristiques rapides de la sélection alternative. Son succès régional « Let’s Go Trippin’ » (1961) est à l’origine de l’engouement pour la musique surf, inspirant beaucoup d’autres à adopter cette approche.

 

Au sommet de sa popularité, la musique surf a rivalisé avec les groupes de filles et Motown pour les grandes tendances de la musique populaire américaine.

 

Au cours des derniers stades de l’engouement pour la musique surf, plusieurs de ses groupes ont commencé à écrire des chansons sur les voitures et les filles, ce qui a été plus tard connu sous le nom de hot rod rock.

 

Le Surf: quelques bornes

Dick Dale

Au début des années 1960, le rock and roll instrumental avait été mis au point avec succès par des artistes comme Link Wray, The Ventures et Duane Eddy.

Cette tendance a été développée par Dick Dale, qui a ajouté des influences du Moyen-Orient et du Mexique, la réverb distinctive et le picking alternatif rapide caractéristique du genre (influencé par la musique arabe, dont Dale a tiré des leçons de son oncle libanais). Ses performances au Rendezvous Ballroom de Balboa, en Californie, durant l’été 1961 et son succès régional « Let’s Go Trippin’ », plus tard dans l’année, déclenchent l’engouement pour la musique surf, qu’il poursuit avec des succès comme « Misirlou » (1962).

 

Comme Dale et ses Del-Tones, la plupart des premiers groupes de surf se sont formés dans le sud de la Californie, le comté d’Orange en particulier ayant une forte culture surf, et la salle de bal Rendezvous à Balboa a accueilli de nombreux groupes de style Surf.

 

Des groupes tels que The Bel-Airs (dont le succès « Mr. Moto », influencé par les précédentes prestations live de Dale, est sorti un peu avant « Let’s Go Trippin’ »), The Challengers (avec leur album Surfbeat), puis Eddie & the Showmen ont suivi Dale vers le succès régional.

 

Avec « Pipeline », les Chantays se classent parmi les dix meilleurs succès nationaux, atteignant le quatrième rang en mai 1963. Le succès le plus célèbre de la chanson de surf a probablement été « Wipe Out » des Surfaris, avec son introduction d’un rire méchant ; les Surfaris étaient aussi connus pour leurs solos de guitare et de batterie de pointe, et Wipe Out a atteint le numéro deux sur le Hot 100 en août 1963 et numéro 16 en octobre 1966. Le groupe a également connu deux autres succès mondiaux, « Surfer Joe » et « Point Panic ».

 

La popularité croissante du genre a amené des groupes d’autres régions à s’y essayer. The Astronauts, de Boulder, Colorado; The Trashmen, de Minneapolis, Minnesota, qui a atteint le numéro 4 avec « Surfin’ Bird » en 1964 ; et The Rivieras, de South Bend, Indiana, qui a atteint le numéro 5 en 1964 avec « California Sun » [16] The Atlantics, de Sydney, Australie, ne sont pas exclusivement musiciens de surf mais ont contribué de façon significative à ce genre, leur plus célèbre exemple étant « Bombora » (1963).

 

Les Denvermen de Sydney, dont l’instrumental lyrique « Surfside » atteint le numéro 1 des charts australiens, sont également originaires de Sydney.25 Les Joy Boys, backing band pour le chanteur Col Joye, sont un autre groupe de surf australien connu hors de leur propre scène surf, leur tube « Murphy the Surfie » (1963) sera repris par les Surfaris.

 

Au Québec, plusieurs groupes surf se font connaître, dont les mythiques Jaguars.

 

A cette époque, les groupes européens se concentrent généralement davantage sur le style joué par le groupe de rock instrumental britannique The Shadows.

 

Un exemple notable d’instrument de surf européen est le groupe espagnol Los Relámpagos qui interprète « Misirlou ». Les Dakotas, qui étaient le groupe de soutien britannique du chanteur de Merseybeat Billy J. Kramer, ont attiré l’attention en tant que musiciens de surf avec « Cruel Sea » (1963), qui a ensuite été repris par The Ventures, et finalement d’autres groupes de surf instrumental, dont les Challengers et les Revelairs.

 

L’engouement pour le surf, de même que les carrières de presque tous les groupes de surf, ont été mis fin par l’invasion britannique au début de 1964. La musique hot rod a également cessé d’être prédominante cette année-là.

 

L’émergence des genres garage rock, folk rock, blues rock et plus tard rock psychédélique a également contribué au déclin du surf rock.

 

La guitare instrumentale de style surf rock a été utilisée dans le James Bond Theme du premier film de Bond, Dr. No en 1962, enregistré par Vic Flick avec les John Barry Seven. Le thème est devenu une signature des films de Bond et a influencé la musique des films d’espionnage des années 1960. On trouve également la trace de l’influence surf dans les westerns spaghettis italiens.

 

La musique du surf a influencé plusieurs musiciens rock, dont East Bay Ray des Dead Kennedys, et Joey Santiago des Pixies.

 

La forme du Surf Rock

 

La musique surf est apparue à la fin des années 1950 sous forme de musique rock and roll instrumentale, presque toujours en 4/4 (ou temps commun), avec un tempo moyen à rapide.

 

Le son était dominé par les guitares électriques qui étaient particulièrement caractérisées par l’utilisation extensive de la réverbération à ressort « wet » qui a été incorporée dans les amplificateurs Fender à partir de 1961 et qui est censée imiter le son des ondes.

 

L’unité de réverbération « outboard » séparée qui a été développée par Fender en 1961 (par opposition à la réverbération qui a été incorporée en tant que fonction d’ampli intégrée) était le premier timbre de réverbération surf. Cette unité est l’effet de réverbération entendu sur les disques de Dick Dale, et d’autres tels que « Pipeline » des Chantays et « Point Panic » des Surfaris. La réverbération de l’ampli était plus « liquide » que la réverbération de l’ampli « intégrée », en raison d’un circuit différent.

 

Les guitaristes ont également utilisé le bras vibrato de leur guitare pour fléchir la hauteur des notes vers le bas, les effets de trémolo électronique et le picking rapide (alternée) des trémolos.

 

Les modèles de guitare préférés étaient ceux de Fender (en particulier les guitares Jazzmaster, Jaguar et Stratocaster), Mosrite, Teisco ou Danelectro, généralement avec des micros à bobine simple (qui avaient des aigus élevés par rapport aux micros humbucker à double bobine) [18] La musique Surf fut un des premiers genres à adopter la basse électrique, particulièrement la Fender Precision Bass.

 

Cette unité est l’effet de réverbération entendu sur les disques de Dick Dale, et d’autres tels que « Pipeline » des Chantays et « Point Panic » des Surfaris. La réverbération de l’ampli était plus mouillée que la réverbération de l’ampli « intégrée », en raison d’un circuit différent [citation nécessaire].

 

Parmi les modèles de guitare préférés, on trouve ceux de Fender (en particulier les guitares Jazzmaster, Jaguar et Stratocaster), Mosrite, Teisco ou Danelectro, généralement avec des micros à simple bobinage (dont les aigus sont plus élevés que ceux à double bobinage).

 

La musique surf fut l’un des premiers genres à adopter la basse électrique, particulièrement la Fender Precision Bass. Les batteries de surf classiques étaient généralement Rogers, Ludwig, Gretsch ou Slingerland. Certaines chansons populaires comportent aussi un saxophone ténor ou baryton, comme « Surf Rider » des Lively Ones (1963) et « Comanche » des Revels (1961). Souvent un orgue électrique ou un piano électrique sert d’harmonie de fond.

 

%d blogueueurs aiment cette page :